Comment lire une étiquette alimentaire ?


La compréhension des étiquettes alimentaires qui remplissent nos placards est un élément important pour vous aider à faire des choix plus sains. Vous trouverez dans cet article quelques conseils pour tirer le meilleur des informations nutritives.

1. La valeur nutritionnelle

Première information, située au sommet de l’étiquette. Elle indique la taille d’une portion ainsi que le nombre total de portions initialement contenues dans l’emballage.

2. L’apport calorique total par portion

Attention au nombre de calorie par portion. C’est mathématique, si vous doublez les portions que vous mangez, vous ingérez aussi le double des calories et des nutriments.

La section suivante de l’étiquette indique la quantité de nutriments spécifiques contenue dans le produit.

3. Attention, limitez impérativement ces nutriments

Basé sur un régime de 2000 kcal, il ne faut pas plus de 11 à 13 grammes de graisses saturées, le moins de lipides possible et pas plus de 1500 mg de Sodium.

4. Les nutriments bénéfiques

Protéines, glucides, vitamines, calcium, fer, fibres alimentaires et tous autres nutriments dont vous avez besoin chaque jour, assurez-vous d’en consommer suffisamment.

5. L’apport journalier

Il s’agit de l’apport journalier recommandé (AJR), cette valeur vous indique le pourcentage d’AJR de chaque élément nutritif contenu dans une portion. Si vous souhaitez limiter votre consommation d’un certain type de nutriment, comme la graisse ou le sodium par exemple, préférez un aliment avec un AJR inférieur à 5%.

Si au contraire, vous souhaitez « booster » votre consommation, comme pour les fibres alimentaires ou les vitamines, privilégiez des aliments ayant un pourcentage d’AJR supérieur à 20.

Rappelez-vous que ces étiquettes sont calculées sur base d’un régime d’apport calorique de 2000kcal quotidien. Il est impératif de déterminer son apport calorique pour les interpréter avec le plus de pertinence possible.

Méfiance au sujet de certains aliments qui indiquent 0 gr de lipide mais qui contiennent dans leur composition des huiles végétales ou partiellement hydrogénée. En effet, cela signifie que l’aliment contient moins de 0.5 gramme de lipide par portion.


Quelques mots sur les dates Limite de consommation

Si vous êtes un / une malade des dates de péremption, calmez-vous, vous pouvez conserver certains aliments bien plus qu’on ne vous le dit sans en mourir! Un yaourt par exemple peut être mangé des mois après la date de péremption. Si, au goût, il n’est plus bon, vous laissez, bien sûr, mais le risque est nul. Même chose pour le lait UHT, stérilisé à haute température. Quant aux fruits et légumes, pourris, ils ne sont pas toxiques, mais tout simplement pas bons. Et ne parlons pas du «sec». Riz, lentilles… peuvent contenir des charançons, ce n’est pas ragoûtant, mais pas dangereux. Une confiture fermée peut se consommer des années, les boîtes de conserve dont l’apparence extérieure est intacte (pas de rouille, pas de gonflement) aussi. 

En revanche, s’il s’agit de protéines, poisson, viande ou œufs, il peut y avoir danger. Là, on est prudent. C’est la rupture de la chaîne du froid qui est en cause et qui peut avoir laissé se développer des bactéries.

Laissez un commentaire 0 commentaires