Musculation naturelle : quelles sont nos limites ?

limite naturelle en musculation

Le concept de limite naturelle en musculation


Dans ce monde où l’apparence compte beaucoup, où le regard des autres conditionne la façon de vivre et surtout où l’on veut tout obtenir en un rien de temps, le naturel et l’authentique sont des concepts désuets.

Je reconnais alors que le sujet que je vais traiter sur la limite naturelle en musculation est un délicat et quelquefois provocateur dans le milieu du fitness, mais mérite quand même d’être pris en compte.

Qu'appelle-t-on limite naturelle en musculation ?

Plusieurs études et théories venant de professionnels dans le culturisme, de spécialistes dans la médecine sportive ou de coach sportifs, ont mis en évidence qu’il existe une limite naturelle en ce qui concerne la prise de masse musculaire

Elle est différente pour tout le monde et dépend d’une liste de facteurs, que je reconnais être non exhaustive, comme la génétique, la motivation, le poids initial, l’ossature, les techniques et les années d'entraînement, et même le taux de gras dans le corps.

Certains se sont même essayés à des formules pour pouvoir calculer la croissance musculaire ; toujours est-il que ces données restent théoriques. En ce qui me concerne, je pense qu’elles sont utiles, mais qu’il ne faut pas s’y accrocher puisqu’elles présentent le potentiel génétique de croissance musculaire dans des conditions optimales. Par conditions optimales, je fais référence à un régime alimentaire parfait, un sommeil et une régénération amplement suffisants, un entraînement continu et régulier, bref un mode de vie « spécial musculation ».

Musculation avec ou sans produits dopants

Il faut savoir que l’hypertrophie musculaire est liée étroitement avec l’hormone mâle qu’est la testostérone. C’est pour cela que la force physique et le développement musculaire chez l’homme sont largement supérieurs à ceux de la femme avec un taux en moyenne 20 fois plus élevé que chez cette dernière.

Le principe est le même dans la musculation puisqu’un bodybuilder naturel sera toujours moins massif et fort qu’un autre sous stéroïdes ou anabolisants.

Avec la limite naturelle en musculation et le fait que le corps ne peut pas tout faire tout seul, les produits dopants semblent toujours être « la » solution. Alors, sur la question de la musculation avec ou sans produits dopants, je dirais que tout dépend de vos objectifs puisqu’il y a des niveaux de développement musculaire atteignables naturellement.

En revanche, il est impératif de faire le meilleur choix d’entraînement, d’autant que la musculation à distance se démocratise actuellement de plus en plus grâce à des pionniers comme Rudy Coia ou Nassim Sahili.

Comment reconnaître un pratiquant dopé ?

Si vous souhaitez savoir si les gens que vous côtoyez en salle de sport ou si vos idoles présentes sur les réseaux sociaux sont dopées, voici quelques indices :

  • Des pectoraux massifs, gonflés et ronds, des épaules volumineuses et des trapèzes démesurés sont les traits classiques, tout comme une peau très fine.
  • Des mamelons gonflés et très visibles sous le t-shirt sont parfois liés à la prise de stéroïdes (on appelle ça la gynécomastie).
  • Une personne à la fois volumineuse, forte et très sèche est souvent dopée
  • Une personne dont le physique change totalement et très rapidement peut être dopée.
  • Les personnes vivant de leur physique comme certains influenceurs, criant sur tous les toits qu’ils ne sont pas dopés, sont en générale… dopées.

Ces différents détails pourront vous aider à repérer les personnes utilisant des stéroïdes. Toutefois, il existe des exceptions : certaines personnes sont dotées d’une génétique extraordinaire qui leur permet d’avoir un corps de bodybuilder sans pour autant avec recours au dopage.

Laissez un commentaire 1 comment